Économie

Publié le jeudi 16 juillet 2020

Une entreprise familiale

Photo d’archive. André Chartaud construit l’atelier de l’entreprise, rue Lavoisier, à Kermelin.

Au 26 rue Lavoisier, à Kermelin, se trouve l’une des plus anciennes entreprises avéennes. Depuis plus de 70 ans, l’entreprise Chartaud forge le métal. Un savoir-faire transmis de génération en génération dans cette entreprise familiale. « L’entreprise a été créée en 1946 par mon père », introduit André Chartaud. « Je l’ai rejoint deux ans plus tard, à l’âge de 14 ans, pour faire mon apprentissage. J’y ai fait toute ma carrière ». L’entreprise quitte l’impasse Lot, située derrière la préfecture de Vannes, et s’installe en 1979 à Saint- Avé. « Nous avions une image florissante ! » se souvient André.

Au commencement, André et son père étaient balanciers. « Nous réparions les appareils de pesage, le plus souvent pour les pharmaciens, qui les utilisaient pour faire les dosages ». Ce métier a depuis disparu, les appareils étant devenus quasi exclusivement électroniques. L’entreprise s’investit alors dans la forgerie, l’ancêtre de la chaudronnerie. Chartaud met en forme le métal pour créer tout type de structures métalliques : escaliers, gardes-corps, mains courantes, cuves, châssis, portails, outils pour la maçonnerie… pour des particuliers, comme des professionnels.

« En 1976, mon fils Philippe rejoint l’entreprise pour faire son apprentissage », poursuit André Chartaud. En 2020, Philippe prend sa retraite. Fabrice, le fils de Philippe – la 4e génération – travaille actuellement comme chef d’atelier. Depuis un an, l’entreprise familiale a été rachetée par Julien Audran. Cet ancien chargé d’affaire a longtemps travaillé avec des sous-traitants industriels dans le domaine de la tôlerie-chaudronnerie. « Je n’aimais plus les réunions à rallonge, et j’ai voulu me lancer dans un autre projet. Originaire de l’agglomération vannetaise, j’ai saisi l’opportunité de racheter l’entreprise Chartaud », confie-t-il. Un retour à la base du métier, avec des valeurs chères au repreneur. « L’entreprise a une politique de transparence totale sur les modes et temps de fabrication. Nous pouvons, par exemple, faire participer les clients à l’élaboration de leur projet. » Aujourd’hui, six employés, dont un compagnon du devoir, composent l’équipe. « André continue de passer toutes les semaines à l’entreprise, pour mon grand plaisir » poursuit Julien.

Un savoir-faire artisanal

Depuis que j’ai commencé à travailler, nous avons un leitmotiv : proposer une solution aux problèmes d’un client. Nous forgeons pour la beauté et pour l’utilité  confie André Chartaud.  Récemment, j’ai croisé un client pour qui nous avions fait un escalier il y a 50 ans. Il se souvenait de moi. C’est formidable d’avoir des retours positifs sur notre travail, des années après !

C’est cet état d’esprit artisanal que Julien Audran souhaite perpétuer. « Contrairement aux idées reçues, l’artisanat n’est pas plus cher que des pièces pré-fabriquées. Nous faisons du sur-mesure, c’est plus durable, solide et adapté au besoin de chacun » confie t-il. Vers du mobilier sur-mesure Actuellement, environ 70% de la production de l’entreprise est réalisée en sous-traitance. 30% directement pour des particuliers. C’est sur ce dernier point qu’elle souhaite se développer. « Nous travaillons sur le mobilier, et créons des tables ou des buffets en bois et métal. On s’adapte aux désirs du client, que ce soit sur la taille ou la forme » poursuit Julien. « Nous collaborons avec un ébéniste menuisier de Sarzeau. Le bois et le métal sont et resteront des matières nobles à manipuler » conclut-il.

Contact
Chartaud STE ALL
26, rue Lavoisier – Kermelin
ets-chartaud@orange.fr
www.ets-chartaud.fr
02 97 60 72 86

Partager cette page sur :